• Pour vous licencier vous devez vous connecter au site de la fftri , remplir la demande de licence, l'imprimer, la signer, imprimer le certificat médical, le faire remplir et joindre à tout cela un chèque de 111 euros ou de 43 euros suivant la licence choisie.

    Ensuite il faut faire parvenir l'ensemble à Pascal, Sam ou Nelly avant le 29 octobre

     


    votre commentaire
  • Bonjour à tous,

    Retour en image sur le Half de St Lunaire.
    Photos : Loic et Yohan Buchot
    Montage : Nelly Buchot

    Bravo à tous.


    votre commentaire
  • Bonjour à tous,

    Retour en image : ici.

    Merci à notre conteuse et photographe Manu MOTTIN.

     


    votre commentaire
  • Compte-rendu : Triathlon par équipe du lac de Paladru - 24/09/2016
    Convié à prendre part au triathlon par équipe au triathlon depuis Février 2016 ; je suis parti de Nantes le Jeudi pour rejoindre Mayenne vers 12h30.
    Je me fais une joie de retrouver tous les amis rencontrés en 2010 avec qui j’ai partagé des entraînements, des déplacements et des courses (Pascal, Yvan & Olivier qui m’intègrent dans leur équipe : « MAXIMASTRIA ») ainsi que tout un groupe que j’ai connu un peu plus tard et qui sont maintenant de fervents athlètes du MASTRIA (Romain qui sera dans la même équipe que moi, Samuel, Mickaël, Etienne & Guillaume dans l’équipe « Les p’tits jeunes du MASTRIA », complétée par Sébastien que je rencontre pour la première fois). Manue sera également du voyage, et le contraire aurait été dommage, qu’est-ce qu’on aurait eu à se raconter ?
    Après avoir déjeuné avec Pascal, Sélectionneur et Coach de l’équipe ; rendez-vous chez Olivier à 15h pour un petit jus de pomme et une répétition de la stratégie vélo : des relais d’environ 1 minute, pas trop appuyés, en faisant attention à ne pas en passer dans les bosses, ainsi qu’à la progressivité des relances. Cette répétition ne fut pas un grand succès.
    Trop d’enjeu, l’excitation de rouler en Mayenne, je m’enflamme un peu, mais je promets de mieux me tenir Samedi…
    Nous passons ensuite déposer les vélos chez Samuel. Le groupe à dégoter une super remorque avec le logo de « La Pédale Horpéenne » dont la devise semble être « Tous les coups sont permis ».
    Dîner chez Pascal avec Catherine et Judith, surprenantes de sérénité en comparaison de l’excitation du Coach.
    Réveil à 5h45, petit déjeuner, 6h40 chez Samuel, Sébastien arrive avec les croissants (merci Seb!) re-petit déjeuner, et départ vers 7h15.
    La route est un peu longue sur la fin, le GPS voulait visiter un peu le coin, et nous arrivons finalement au camping vers 16h15. De là, Sam, Olivier et Seb vont faire quelques courses, l’objectif était de trouver des pâtes et du riz, ils feront finalement demi-tour en s’apercevant qu’ils ont oublié le riz.
    18h, enfin nous partons faire une reconnaissance du parcours vélo. Magnifique ! Au coucher du soleil le paysage est superbe, la route est bonne, nous essayons tout de même de relever les points clefs du parcours (difficultés et dangers). Retour au mobile-home à la tombée de la nuit.
    Le deuxième groupe arrive vers 21h15, nous mangeons ensemble et rigolons bien, malgré le stress de « certains » coureurs de l’équipe… Puis nous nous couchons assez tôt, chaque équipe dans son mobile home ; non sans un dernier briefing du Coach !
    6H45, réveil. Petit déjeuner. Gonflage des pneus ou boyaux. Nous partons dans le brouillard pour le départ à 5km environ, il fait humide et la température n’est pas tropicale. Retrait des dossards, direction le parc à vélo. Nous nous installons et avons ensuite 1h30 environ à attendre avant notre départ. Le brouillard se lève, découvrant le soleil, la température monte et à 9h30 la première équipe démarre. Nous partirons à 11h10min30s, et l’autre équipe, 5min15s plus tard. Posés sur l’herbe, nous devisons de choses et d’autres…
    30min avant la course, c’est le début de mon échauffement. Articulaire, musculaire, cardio, puis j’enfile la combinaison et rejoins les autres dans la partie du lac réservée à l’échauffement. Une dizaine de minute et nous rejoignions la file de départ.
    11h10min, top nous partons.
    La natation se passe bien ; Olivier donne le rythme idéal pour Yvan qui reste dans ses pieds, suivi de Pascal et Romain, j’essaie de me placer pour aider Olivier dans les trajectoires
    et montrer la voie aux autres si besoin avant et après les bouées. Nous doublons 4 à 6 équipes et sortons de l’eau frais comme des gardons ! La transition n’est pas hyper rapide mais nous nous retrouvons sans temps d’arrêt dans le sas de départ. Nous sommes là tous les 5, nous pouvons partir à vélo !
    Le départ se passe bien, nous nous mettons rapidement en ordre. Yvan craignait de ne pas arriver à trouver son rythme rapidement, le départ est donc progressif, il semble qu’il ait été déjà assez rapide comme ça ! Ça roule bien, relais d’une à deux minutes, le premier indique bien les changements de direction… première difficulté ! Une côte de presque 3km avec un replat au milieu, nous levons le pied pour préserver l’équipe, et c’est reparti. Deuxième difficulté, même gestion. Une équipe concurrente s’amuse à nous dépasser dans toutes les difficultés et nous fait prendre le risque d’être cartonnés pour drafting, nous les redoublons sur les portions plus rapides. Troisième difficulté tout en gestion, l’équipe 88 recommence… Demi-tour et on part pour la seconde boucle. Les coureurs en forme prennent des relais plus long, je m’occupe de quelques faux-plats et je passe la main à Romain, impressionnant dans les descentes. Olivier et Pascal sont facile, Yvan assure ses relais et prend bien les roues. Les encouragements se multiplient entre nous lors de ce deuxième tour et toute l’équipe assure, chacun fait sa part du boulot et Pascal Coach ça d’une autorité et d’une classe naturelle ! L’équipe 88 n’est plus là au second tour… erreur de course, c’est un triathlon, pas le tour de France… Dernière bosse, Romain fait la descente, on a encore doublé beaucoup d’équipe, hors mis deux équipe d’ « avions », et arrivée au parc !
    Yvan ravi de cette partie cycliste nous remercie, mais le Coach le rappel à l’ordre en lui signalant qu’il faut partir avec l’équipe s’il veut courir… retour dans le sas, et départ à pied.
    Yvan ne cherche pas à nous accrocher, on se souhaite bon courage. Pascal doit donner le rythme, mais Olivier gambade devant, la foulée légère. Romain, malgré une technique épouvantable et facile ; les deux se mettent à discuter, Pascal les regarde de travers et moi je me marre en cachette. On double encore pas mal d’équipe, première côte d’une centaine de mettre Pascal est un peu en difficulté, mais ça repart bien. Seconde petite côte, encore un peu dure mais ça passe en courant. Beaucoup d’autres marchent… La route se transforme en chemin ; beaucoup de coureurs ont aussi des crampes, mais les MAXIMASTRIA sont plus fort que ça ! Dernier ravito avant les vraies difficultés… Pascal nous fait de l’asthme. Je l’incite à gérer sa crise et son effort, c’est dur pour lui. Grosse montée, et on sait que ça va durer. Passage de l’équipe qui gagnera la course, vraiment impressionnant ! On marche, Pascal ne va pas bien, il respire mal, trébuche, manque de perdre connaissance. Il nous sommes de le laisser, mais nous voulons tous les trois finir à quatre, c’est une évidence ! Romain l’aide en le tirant et j’essaie de la soutenir et de le pousser comme je peux. Mais le Coach est plein de ressource et d’expérience, il relance sur les parties plus plates, sont asthme semble passer ; il se met à insulter l’un des membres de l’équipe adverse, et nous comprenons qu’il est remis. Fin de la côte, les trois kilomètres de descente restant sont pour moi un plaisir, des chemins assez raides mais pas trop techniques. Je me fais plaisir en relâchant un peu les jambes pour prendre de la vitesse, Olivier fait de même, il est très à l’aise sur tous les terrains. Les encouragements se multiplient, on arrive en bas et franchissons la ligne tous les quatre !
    Pascal est assez lucide pour lancer son chrono une fois la ligne franchie. Manu et Sébastien, trop malmené pour faire la course à pied nous annonce que l’autre équipe a nagé 5 minutes plus lentement mais nous a repris du temps sur le vélo. Les 5 minutes et 15 secondes écoulées, nous avons gagné le titre de champion intergalactique du monde de Mayenne par équipe de toutes catégories ! Et le temps continu à s’écouler… Pascal est tout neuf, entame le tube de l’hiver 2016/2017 qui raisonnera sur tous les entraînements du MASTRIA. Je décide de repartir trottiner en récup’ chercher Yvan et m’attend à croiser la seconde équipe d’abord… …mais surprise, Yvan est le premier ! Tout sourire et plus que satisfait de sa course, je repasse la ligne avec lui et on rejoint le reste de l’équipe ; pour attendre... pendant
    qu’Yvan nous raconte avoir été doublé au 3m kilomètre, puis avoir repris Etienne, perclus de crampe, puis Samuel qui n’avait plus de carburant, et enfin Guillaume et Mickaël, contraint d’attendre un 3éme larron de leur équipe. L’anecdote de Guillaume jetant sa casquette au passage d’Yvan finira de combler Pascal.
    Plusieurs heures après, « Les p’tits jeunes du MASTRIA » arrivent et franchissent la ligne. Dépités, le regard dans le vide, ils n’ont pas l’air d’avoir envie de nous rejoindre rop vite… La classique conclusion des triathlètes « j’étais super bien à vélo mais ça n’a pas été à pied, je ne comprends pas » sera encore une fois à l’arrivée. Et toutes les théories, extrapolations, exagérations sur le déroulement de la course y passerons. Nous vidons tous les par cet rentrons à vélo pour une soirée mémorable, pleine de bières, de vin, d’anecdotes alcoolisées, de chambrage ; le tube de l’hiver 2016-2017 passera plusieurs fois dans la soirée, puis nous irons nous coucher.
    Le lendemain matin, chargement des bagages et vélo, on reprend la route et rentrons à Mayenne vers 18h15. Ces 3 jours ont été vraiment super ; en compagnie d’Yvan à la gentillesse légendaire, Olivier avec sa bienveillance et sa nonchalance, Pascal dont la passion qui ressemble parfois à de la folie est si communicative, Romain si naïf quant à ses capacités physiques ; et les membres de l’autre équipe qui a déjà trouvé sont noms pour l’année prochaine : « Les et ils sont où ? », Etienne, Mickaël, Samuel, Sébastien et Guillaume, qui n’ont même (presque) pas perdu leur sourire après leur défaite, sans oublier Manue que je félicite encore pour sa victoire à Château-Gontier ! Merci de m’avoir intégré à une équipe, continuez de vous entraîner et de vous amuser dans cet esprit, vive le MASTRIA 53 !


    2 commentaires
  •  

    En hommage aux Mottins j'appellerai ce CR "Flashback sur la course"

    Le décor : le magnifique lac de Paladru sous le soleil

    La musique : "Jalabert" des Wampas

    Les acteurs : 150 équipes dont 2 du TeamMastria and friends

    Les fans : Dame Manue

    16h samedi après-midi : Yban franchit la ligne d'arrivée sous les vivas de ses coéquipiers, on le laisse à peine respirer avant de lui poser LA question: " mais ils sont où ? " Son sourire béat est déjà presque une réponse. Il les a vus, ils l'ont doublé, ils ont cru sans doute que c'était possible et puis il est revenu, il les a repris un à un et maintenant il est dans le parc d'arrivée, hilare, et il raconte ... cuits, morts, détruits. Etienne crampé, Sam qui marche, Mika qui attend, Guillaume qui jette sa visière ...

    Ca va chambrer un peu ce soir autour d'un rafraîchissement bien mérité. Enfin ils arrivent les 4 Mousquetaires. On leur réserve un accueil de folie, les grilles du parc en bougent encore !
    Sébastien et Manue ont éteint les chronos depuis longtemps déjà, le Team Maximastria tient sa victoire : 32' d'avance, on aurait pu réparer 5 crevaisons.

    Mais ce sont de solides adversaires et faudra à nouveau se mettre à la planche l'année prochaine pour défendre notre titre. 

    Tout a commencé depuis longtemps, une stratégie élaborée, testée, peaufinée pour éliminer le maximum d'imprévus. 

    On nage ensemble, on roule ensemble, on court à 4 au départ et au bout de 8/10km on laisse les 3 plus frais finir le boulot, ensuite on chambre Guillaume pendant 365 jours, voilà le plan quasi parfait !

    Dans la pratique: une natation en aisance pour tout le monde avec Oliv en guide, on double 5/6 équipes et au passage on prend 6' à la Team Guillaume, comme prévu. 

    En vélo on part vite jusqu'au pied de la première bosse, là il faut laisser Yban récupérer un peu du départ rapide, une équipe d'Alès nous cherche la bagarre mais on reste zen, pour nous doubler ils sacrifient un équipier, ils le paieront 20km plus tard. Nous restons groupés, les relais s'enchaînent sans violence, on atténue au maximum les relances. On perd 3' sur les gamins au premier tour mais on fait jeu égal au deuxième. On finit à 5 sans coup férir, juste une voiture qui nous coupe la route mais le vieux Toby a encore des réflexes. 

    On se sépare à T2, laissant Yban en arrière-garde pour surveiller l'adversité, et on applique la tactique: je mène l'allure autour de 4'40" pendant 8 km. On double, on double, on double. J'imagine que les jeunes, avec Guillaume en tête, doivent envoyer tout ce qui reste. On arrive à la première bosse et je commence à ralentir mais Maxime me pousse, on double Oliv qui n'est pas au mieux mais il se refait sur le sommet. Deuxième difficulté : 3km de montée en trail, de forts pourcentages, je connais déjà le parcours et j'annonce que je vais finir en roue libre puisque Romain est frais comme un gardon et qu'Oliv et Max sont des extra-terrestres. Tout est parfait, réglé comme une pendule!

    Mais là arrive le grain de sable, le détail , l'imprévu, le truc qui tue! Je fais face à un début de révolte, de rébellion, mes petits gars me désobéissent. Ils veulent finir à 4 ! Moi je veux pas être le boulet qui fait perdre l'équipe alors ...va bien falloir la monter cette putain de bosse ! C'est parti, Maxime me pousse, Romain me tracte, Fouliquen me donne à manger, la crise d'asthme va et vient et je suis dans le brouillard mais on double toujours et enfin le sommet ! Dernier ravito. Le coca me sort par le nez mais faut encore faire la descente au max pour assurer le coup. Ils m'auront fait aller au bout du bout de mes réserves ces sales gosses. Je me refais dans la descente et on finit proprement à 4, encore mieux que prévu. Vraiment une super aventure, je pensais plus être capable de me faire aussi mal, alors merci à mes coéquipiers pour cette journée géniale et à l'autre équipe pour m'avoir foutu la pression et la motivation! Si Romain vient à Roth et m'appelle encore Alice je pense que j'ai de bonnes chances de faire un chrono sur le marathon.
    Après ... et bien grosse soirée avec Maître Sébastien en sommelier, quelques histoires incompréhensibles de Manue, une super ambiance comme pendant ces 3 jours. 

    Au final je suis sûr que chacun des 11 participants a trouvé du plaisir, de l'envie, du fun et que chacun est prêt à repartir l'année prochaine avec le couteau entre les dents pour retenter l'aventure et surtout savoir enfin comment Tiennou a demandé la main de Manue! 

    Merci à Max, Oliv, Yban, Romain, Alice aussi finalement, Sam, Mika, Etienne,Sébastien, Manue et ... mais il est où ? Encore sur le circuit ? Guillaume ! L'homme qui n'abandonne jamais comme l'a prouvé notre petit sprint du samedi soir.

    A bientôt les champions 


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires